Escapade en Provence


 

 

 

Drapeau Provencal

 

 

 

La musique que vous écoutez est le chant de la reine de Provence

sa Majesté La Cigale

 

 

 

 


La Reine de Provence la Cigale

 

 

 

 

 

 

Avignon

 

 

Historique:

 

Doit-on dire " en Avignon " ou " à Avignon " ?

La formule " en Avignon ", si elle permet d’éviter un hiatus quelque peu dissonant, est toutefois incorrecte lorsqu’elle s’applique à la ville contenue dans ses limites communales. Son emploi dans ce cas est souvent le fait de l’ignorance ou d’un certain pédantisme basé parfois sur des nostalgies d’Ancien Régime.

Car historiquement, la formule a été employée durant des siècles de manière tout à fait justifiée. En effet la préposition " en " désigne le lieu, " dans ", comme être " en Afrique ". Or, il faut savoir que depuis le XIVe s. le territoire d’Avignon, couvrant plusieurs communes actuelles, constituait un état à part entière appartenant au Saint Siège et gouverné par un vice-légat jusqu’en 1791. On résidait donc " en Avignon ", comme on pouvait résider " en Languedoc " ou " en Provence " etc. Seule autre exception " en Arles ", puisque Arles fut royaume au IXe s. Mais on n’a jamais habité " en Angers " mais " à Angers " et " en Anjou ". L’usage a voulu que l’on tolère de nos jours encore les expressions " en Arles " ou " en Avignon " pour désigner la région autour de la ville, le " pays " formé par les environs, sans limites administratives bien établies.

La formule appropriée est " à Avignon " lorsqu’on parle de la ville stricto sensu comme l’on fait pour " à Aix ", " à Albi " ou " à Amboise ".

L’historique du nom " Avignon "

A partir de 500 avant JC, la ville s'étend considérablement autour du Rocher. Elle est occupée par le peuple celto-ligure des Cavares. Le nom de la ville date de cette époque. "Aouen(n)ion", un nom d'origine cavare, mais qui a deux interprétations : "ville du vent violent" ou encore "seigneur du fleuve" selon que la traduction est faite à partir du celte ou du ligure. Il semble néanmoins que la seconde interprétation soit plus vraisemblable.

Saviez-vous que le nom d’Avignon figure dans 9 dénominations de villes ou villages français. Quatre sont en Vaucluse : Avignon, Cabrières d’Avignon, Morières-les-Avignon, Saint-Saturnin-les-Avignon. Dans le Gard, Villeneuve-les-Avignon, regarde fièrement la cité des papes du haut du fort Saint-André. Dans l’Isère on trouve un Avignonet, dans l’Aisne un Chavignon, en Haute-garonne un Avignonet-Lauragais, et enfin dans le Jura, un Avignon-les-Saint-Claude.

La petite histoire d’un célèbre tableau : " les demoiselles d'Avignon " de Picasso

Contrairement à ce que l’on pourrait penser ce tableau n'a rien à voir avec notre ville d'Avignon si ce n’est le nom.

En effet, " les demoiselles d'Avignon " représentent des femmes de petite vertu issues d'une rue de Barcelone, la carrer d'Avinyò (rue d'Avignon). À 20 ans, Picasso fréquente les bas quartiers de Barcelone. Les prostituées qu'il peint et dessine inspirent ses très célèbres " demoiselles d'Avignon ", scène de bordel à la fois imaginée et vécue marquant la naissance du cubisme

 

 

le Pont d'Avignon

 

 

le Palais des Papes

 

 

Le palais des Papes détails

 

 

 

Sault en Provence

 

 

 

 

Historique :

 

SAULT EN PROVENCE

SAULT, du latin Saltus - Pays de forêts - fut un important centre d’occupation préhistorique depuis la lointaine époque moustérienne jusqu’au plus récent néolithique.

A l’époque préromaine, toute la région était occupée par la tribu des Albici/Albiens ou encore Albiques qui tenaient leur nom de Alba - Pays blanc - devenue aujourd’hui "Pays d’Albion".
  

Ancien Comté réuni au département de Vaucluse le 25/6/1793. Au Pays de SAULT vous irez à la découverte de la beauté authentique et sauvage des hauts plateaux vauclusiens, où vous serez reçu avec des traditions d’accueil imprégnées de la sagesse des gens de ce pays de montagne, où l’or des blés se mêle au bleu des lavandes.

La qualité de ses vastes paysages lui a valu d’être proposé en 1992 par le Ministère de l’Environnement parmi les vingt grands sites français à protéger par l’U.N.E.S.C.O au titre du Patrimoine Mondial.

Ancienne capitale du Comté, SAULT EN PROVENCE, posé sur un éperon rocheux dominant la vallée qui porte son nom, est un centre idéal d’excursions et de randonnées pour le Mont Ventoux, les Gorges de la Nesque, la Vallée du Toulourenc, le Plateau d’Albion, le Luberon et d’autres sites très proches de la Drôme Provençale et des Alpes de Haute Provence .

En empruntant "les routes de la Lavande", vous irez à la rencontre d’une tradition qui depuis un siècle a forgé la face de ce pays.

 

Le village de Sault

 

Panorama

 

 

Paysage de Sault

 

 

Champs de lavande

 

 

Pieds de lavande

 

 

 

Gordes (dans le Lubéron)

 

 

Historique :

 

Gordes était un oppidum de la tribu des Vulgientes ou Vordenses qui ont donné leur nom à la bourgade primitive, par la transformation coutumière du V initial en G (Vordenses - Gordenses) à l'époque Gallo-Romaine

L'histoire de Gordes remonte à une période bien antérieure et, déjà à l'époque gallo-romaine, il constituait le principal oppidum de la Cité de Cavaillon dont le diocèse était l'un des plus anciens de la Gaule. Car le hasard historique a fait de Gordes, et ceci jusqu'à la révolution, une place frontière relevant, d'une manière assez particulière, d'un diocèse situé en pays étranger. Cette frontière était d'ailleurs signalée sur toutes les cartes romaines.

La terrible insécurité, due aux multiples invasions, au cours des siècles contraignit les populations des campagnes à se réfugier sur les hauteurs. C'est l'origine de ces villages perchés. La valeur stratégique de ces agglomérations fortifiées perdurera pendant tout le Moyen Age et une partie de la Renaissance, notamment au cours des Guerres de Religion.

Ce village peut s'enorgueillir d'être l'un des plus beaux villages de France, avec ses ruelles caladées qui s'insinuent entre les maisons hautes, bâties à même le roc, agrippées contre ses flancs qui respirent de mille histoires et légendes.

Gordes est fier également de son superbe château dressé en son coeur nous rappelant un passé riche aussi bien en conquêtes qu'en souffrances et qui abrite désormais le Musée Pol Mara et l'hôtel de Ville.

Gordes préserve aussi sur ses terres, le village des Bories, ces curieuses constructions arrondies en pierres sèches, l'abbaye de Sénanque confinée dans son vallon verdoyant, le moulin des Bouillons et les caves du Palais Saint Firmin.

Pour ce qui est de l'âme, Gordes a pu voir se développer en son sein, l'esprit artistique avec des peintres illustres tels qu'André Lhote, Marc Chagall, Jean Deyrolle, Victor Vasarely et Pol Mara, entre autres, qui ont trouvé ici l'inspiration.

Cette culture se perpétue encore aujourd'hui avec, durant la belle saison, de nombreuses expositions dans des lieux empreints d'histoire comme l'aumônerie Saint-Jacques, la chapelle des Pénitents Blancs.. .

La commune de Gordes sauvegarde son patrimoine avec rigueur et amour afin que son succès ne le dénature pas.

Car, Gordes, est un haut lieu touristique de par son histoire, sa situation géographique exceptionnelle, ses activités culturelles de qualité ainsi que la renommée de ses restaurants et hôtels.

Gordes se doit de demeurer authentique, conservant ses traditions provençales, tout en s'ouvrant pour accueillir un tourisme qui sait l'aimer et le respecter.

 

 

Le village de Gordes

 

 

Gordes

 

 

Panorama

 

 

Le village des Bories

 

 


Le village
 

 

 

La campagne

 

 

 




Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement