Entretien et soins

 

 

                     

 

 

La situation extérieure est la plus "normale" pour n'importe qu'elle plante. Elles peuvent vivre dans les lieux les plus inhospitaliers de la planète, sans bénéficier d'aucune protection particulière de la part de l'homme. Chaque plante est adaptée à vivre sous certaines conditions de températures, d'humidité, d’ensoleillement, etc. Les bonsaï se comportent de manière similaire, ainsi l'adaptabilité de chaque espèce varie et les conditions qu'ils sont susceptibles de supporter, changent plus ou moins.

Nombreux sont les arbres qui apprécient les températures basses en hiver, et supportent la chaleur des étés méditerranéens. Les Pins et les Genévriers sont typiques des bonsaï d'extérieur, en hiver ils résistent (et de plus ils préfèrent) aux températures très basses sans aucun problème, mais des gelées persistantes peuvent affecter leurs racines. Lors de froids intenses, il est habituel d'enterrer le bonsaï (le pot) ou de le couvrir avec de la paille, évitant ainsi que les racines gèlent. La partie aérienne de l'arbre résiste parfaitement aux températures négatives. En été, la consommation d'eau est importante, surtout s'ils sont situés en plein soleil, chose qu'ils apprécient. La chaleur n'est pas un problème pour ces espèces: les arbres à aiguilles, comme les pins, peuvent supporter le froid, la chaleur intense et même une sécheresse modérée. L'excès d'eau aux racines, est le principal ennemi pour ce type d'arbre. S'ils ne bénéficient pas d'un bon drainage, ces arbres sont susceptibles de souffrir une attaque de champignons ou d'autres parasites.

Nous pourrions résumer les besoins vitaux d'une plante en quatre éléments: air, eau, lumière et terre. Ceux-ci sont les éléments naturels qui créent les conditions extérieures. À l'exception des plantes que nous voulons cultiver hors de leur climat, auxquelles nous devrons procurer des conditions semblables à celles de leur environnement naturel (voir bonsaï d'intérieur), la croissance optimale se rencontre toujours à l'extérieur.

Un bonsaï demande un minimum d'attention quotidienne. L'arrosage est le premier des soins à apporter au bonsaï. Mais il faudra aussi régulièrement surveiller les parasites et maladies et le fertiliser. On adapte l'emplacement selon l'espèce et les conditions climatiques. Certaines espèces sont pincées régulièrement en période de végétation. Les bonsaïs ligaturés sont surveillés régulièrement afin d'éviter que les fils ne marquent l'écorce. On tourne également de temps en temps les bonsaïs pour éviter une croissance unilatérale. Vérifier aussi que les trous de drainage ne sont pas obstrués, couper les racines qui dépassent.

 

 

 

 

 

 

D'autres soins sont donnés selon les saisons :

Printemps

Quand le bonsaï redémarre sa croissance, on le sort progressivement de son emplacement hivernal en évitant les changements brusques de température et d'ensoleillement. Les feuilles tendres peuvent être abîmées par des gelées tardives et par un soleil trop fort. Il peut s'avérer nécessaire de le rempoter en utilisant un substrat adapté à l'espèce. En période de fortes pluies, on surveille particulièrement le bon drainage. On reprend les fertilisations et on traite préventivement contre les maladies et parasites. On peut aussi ligaturer les feuillus au début du printemps et les conifères durant la croissance. On peut sortir progressivement les espèces tropicales et gélives selon la température en évitant les chocs thermiques et les coups de soleil.

Été

On soigne particulièrement l'arrosage et l'humidité. On taille ou pince les jeunes pousses. Selon l'espèce, on peut pratiquer un effeuillage en juin afin d'obtenir de plus petites feuilles. On continue à surveiller les parasites et maladies et plus particulièrement les araignées rouges qui propèrent par temps sec. Par grand soleil, on ombre éventuellement les espèces sensibles. Par temps sec et chaud, on peut traiter contre la pourriture le bois mis à nu : jin, shari et sabamiki. On peut aussi ligaturer légèrement les conifères en évitant les fortes courbures qui provoqueraient un détachement de l'écorce. On peut rempoter les bonsaïs tropicaux au début de l'été. Les bonsaïs d'intérieur derrière une baie vitrée peuvent être brûlés par le soleil. Avant de partir en vacances, il faut prévoir une solution pour arroser.

Automne

On réduit les arrosages et l'on veille au bon drainage, surtout par fortes pluies. En dessous d'une certaine température, les parties aériennes des espèces rustiques arrêtent leur croissance, mais les racines continuent à pousser. On peut éventuellement rempoter certaines espèces à croissance rapide en octobre. On peut aussi ligaturer les feuillus et les conifères avant la période de repos. On arrête de fertiliser en mi-automne. On traite préventivement surtout contres les moisissures. On nettoie les arbres, on retire les aiguilles jaunes des pins et les feuilles mortes et on prépare l'hivernage. On rentre les espèces tropicales et gélives selon la température en évitant les chocs thermiques.

Hiver

les espèces rustiques entrent en dormance, un repos qui est nécessaire à leur bonne santé. Ces espèces doivent rester à l'extérieur, mais il faut protéger les racines et le pot du gel et surtout éviter les alternances de gel et dégel. Les espèces méditerranéennes ont aussi besoin de dormance, mais ne supportent pas ou qu'un léger gel. On continue à arroser toutes les espèces, si nécessaire, sauf en période de gel. On surveille les moisissures. On peut pratiquer une taille de formation en fin d'hiver. Les bonsaïs à l'intérieur peuvent souffrir de la sécheresse de l'air. Il faut augmenter l'humidité ambiante. Les bonsaïs tropicaux continuent leur croissance, mais elle ralentie par manque de lumière.

 

 

Créer un site
Créer un site