A propos d'arrosage

 

 

 

    

 

 

 

L'arrosage est le premier des soins à apporter au bonsaï. Beaucoup de débutants perdent leur bonsaï par un arrosage inadapté, souvent trop fréquent, mais parfois insuffisant.

A propos de la sève

Les racines captent la sève brute dans les interstices du sol. Cette sève brute est constituée d'eau et d'éléments minéraux. Elle est transportée jusqu'aux feuilles par le xylème ou aubier, la couche extérieure du bois. Les feuilles et les parties vertes, sous l'action de la photosynthèse transforment cette sève brute en sève élaborée, riche en glucides (sucres). Les feuilles évaporent également de l'eau par leurs stomates (pores). La sève élaborée redescend alors jusqu'aux racines au travers du phloème ou suber, la couche intérieure de l'écorce. C'est la sève brute qui nourrit les différents tissus, y compris les racines. Elle est aussi stockée dans le bois afin de permettre à l'arbre de produire de nouvelles feuilles au printemps.

A quelle fréquence

Il ne faut pas arroser selon un programme préétabli, mais selon les besoins de l'arbre. En règle générale, il faut attendre que le dessus de la terre se dessèche avant d'arroser. Il faut vérifier quotidiennement, voire plusieurs fois par jour si l'arbre a besoin d'être arrosé. On peut :

Introduire la première phalange du doigt dans la terre. On perçoit ainsi très bien l'humidité.
Introduire un bâtonnet dans la terre : morceau de tuteur, chop stick, cure-dent... Arroser quand il est peu humide. S'il est entièrement sec, arroser d'urgence. S'il est très humide, ne pas arroser.
Soupeser le pot. Avec un peu d'habitude, on se rend compte de la quantité d'eau dans le pot selon son poids.
Examiner les feuilles : quand elles pendent, ou quand les aiguilles sont ridées, il faut arroser d'urgence. Pour les espèces à aiguilles, à écailles ou à feuilles coriaces, les signes de soif sont moins visibles.
Examiner la mousse et la sous végétation : elles donnent une bonne indication de l'humidité de la terre. Elles montrent souvent plus vite des signes de sécheresse que l'arbre. Elles sont également utiles car elles limitent l'évaporation.
   
Il faut également vérifier de temps à autre que les racines n'obstruent pas les trous de drainage.

Les besoins en eau varient selon :

Les espèces la plupart des espèces sont peu avides d'eau, mais certaines demandent un sol très sec entre deux arrosages alors que d'autres ont besoin d'un sol constamment humide. En examinant les feuilles d'un arbre, on peut déjà avoir une idée de ses besoins en eau. Les espèces aux feuilles tendres, minces demandent généralement plus d'eau que celles aux feuilles coriaces ou à l'aspect luisant. Une espèce à grandes feuilles évapore plus d'eau qu'une espèce à petites feuilles, à aiguilles ou à petites écailles.
Espèces très avides d'eau, de zones humides ou marécageuses. Maintenir le sol mouillé en permanence.     Salix / saules (sauf Salix caprea / Saule Marsault)
Taxodium distichum / Cyprès chauve

Espèces moins avides d'eau, mais très sensibles à une sécheresse, même passagère. Maintenir le sol constamment humide, mais non détrempé.
Acer palmatum / Érable du Japon
Acer buergerianum / Érable de Bürger
Sageretia
Espèces peu avides d'eau, mais préférant un sol régulièrement humide. Arroser dès que le sol sèche en surface. C'est le cas de la plupart des espèces.
Carpinus , Charmes
Malus ,Pommiers
Picea , Épicéas
Rhododendron / Azalées
Serissa

Espèces non avides d'eau, qui craignent un excès d'humidité. Arroser quand le sol est bien sec en surface mais le centre est toujours humide.    
Acer campestre , Érable champêtre
Acer platanoides , Érable plane
autres érables indigènes (sauf ceux d'origine japonaise)
Fagus ,Hêtres
Ficus ,Figuiers
Juniperus sinensis ,Genévrier de Chine
Ulmus , Ormes
Espèces de sol sec, qui craignent beaucoup un excès d'humidité. Arroser 24 h après que le sol soit sec en surface. Attention, des arbres prélevés en zone humide devront très progressivement être habitués à un régime plus sec. Juniperus / Genévriers (sauf Genévrier de Chine)
Pinus Pins
Cas particuliers. Pour certaines espèces à fleurs, des périodes de sécheresse favorisent la mise à fleur. Attendre que les feuilles commencent à flétrir avant d'arroser.     Bougainvillea / Bougainvillée
Wisteria , Glycine

LA SAISON.

Il faut arroser plus souvent par temps chaud, sec ou venteux que par temps froid, humide ou calme. Par temps sec, on peut aussi arroser les tablettes, le sol, les murs pour augmenter l'humidité ambiante. Par temps très pluvieux, il peut être nécessaire de couvrir le pot de plastique ou de placer le bonsaï à l'abri. On peut aussi incliner le pot à l'aide d'une cale pour favoriser l'évacuation de l'eau en excès. Il faut arroser plus souvent en période de croissance qu'en période de repos (hiver). Ne pas arroser quand la motte est gelée.

L'EMPLACEMENT.

Un arbre dans un endroit ombragé s'arrose moins souvent que s'il est en plein soleil. Un bonsaï d'intérieur en hiver souffre souvent de la sécheresse de l'air due au chauffage. Certains auteurs préconisent de poser le pot sur un plateau rempli de gravier avec un fond d'eau afin d'augmenter d'humidité ambiante. Il semble en réalité que l'humidité ainsi crée soit minime. Un humidificateur d'air s'avère plus efficace. Ne surtout pas laisser tremper la base du pot dans l'eau au risque de faire pourrir les racines. C'est d'ailleurs vrai pour toute plante en pot.

LE POT.

Un bonsaï dans un petit pot doit être arrosé plus souvent que celui dans un grand pot. D'autre part, un pot de couleur foncée va chauffer au soleil ce qui accélère l'évaporation de l'eau dans le sol.

LA TERRE.

Elle est habituellement à grosses particules afin d'assurer un bon drainage et une bonne aération. Elle se dessèche plus vite qu'une terre à fines particules (argileuse) ou à forte teneur en matières organiques (terreau, tourbe...). Il est déconseillé d'utiliser un sol à fines particules car les racines pourraient pourrir ou s'asphyxier. De plus, par le phénomène de capillarité, la terre peut paraître humide en surface alors qu'elle est sèche en profondeur. Quand une terre trop compacte se dessèche, la motte se rétracte, ce qui rend l'arrosage très difficile. Il en est de même avec une forte proportion de tourbe. On peut alors tremper le pot dans une bassine d'eau pendant 1/4 d'heure environ.

LA MASSE FOLIAIRE.

Un arbre avec peu de feuilles, comme par exemple un bonsaï de style bunjin ( lettré), a une transpiration moindre et a donc besoin de moins d'eau. Il en est de même pour un arbre qui perd ses feuilles.

LA SANTÉ DE L'ARBRE.

Des racines qui pourrissent peuvent ne plus pouvoir capter toute l'eau dont l'arbre a besoin. Si les feuilles se flétrissent alors que le terre est humide, il est à craindre que des racines pourrissent. Ne pas augmenter alors l'arrosage, ce qui ferait pourrir encore plus de racines, mais maintenir la terre à peine humide et au besoin tailler une partie des feuilles pour maintenir l'équilibre hydrique.

COMMENT ARROSER,

Il faut arroser en suffisance pour bien humidifier l'ensemble de la motte. L'eau doit s'écouler par les trous d'évacuation. Asperger également les tablettes et le sol afin d'augmenter l'humidité ambiante. Arroser avec de l'eau à température ambiante pour éviter les chocs thermiques.

On peut :

 Bassiner à l'aide d'un arrosoir avec une pomme à fins trous. On arrose non seulement le sol, mais aussi les feuilles, les branches le tronc. Il faut arroser en suffisance pour bien humecter toute la motte. Si la motte était sèche, arroser à nouveau 1/4 d'heure plus tard pour que toute la terre s'humidifie.
 Immerger le pot dans une bassine d'eau quand la motte est très sèche. Attendre qu'aucune bulle ne s'échappe de la motte (+- 1/4 d'heure). Retirer ensuite le pot et laisser s'égoutter le surplus d'eau en inclinant le pot. Ne pas utiliser systématiquement cette méthode, qui n'est utilisée que quand la motte est très sèche et s'est rétractée, laissant un espace le long des parois. Des maladies peuvent être transmises d'un arbre à l'autre quand on les immerge dans la même bassine.
Brumiser (vaporiser de l'eau) n'est pas arroser. Les quantités d'eau apportées sont minimes. La motte peut paraître humide en surface, mais être sèche en profondeur. Par temps chaud et venteux, une brumisation peut même être néfaste : lorsque l'arbre a soif, il ferme ses stomates (pores des feuilles) pour limiter l'évaporation. Quand on brumise l'arbre, les stomates s'ouvrent afin de capter l'humidité. Mais, à cause de la chaleur et du vent, l'eau s'évapore très vite, avant que les stomates ne se referment. Résultat : l'arbre a encore plus soif.

Quand vous vous absentez, le mieux est de confier l'arrosage à une personne compétente. Si vous ne vous absenter que quelques jours, vous pouvez enterrer les pots dans le sol, les couvrir de tourbe et les placer à mi-ombre. Des systèmes existent comme par exemple placer une mèche de laine dans le pot et la laisser tremper dans une réserve d'eau. Testez et réglez votre système plusieurs jours avant de vous absenter. N'oubliez pas que des chiens, chats, oiseaux... peuvent tout déranger.

A quelle heure du jour

En période de végétation, il vaut mieux arroser le matin, mais on peut aussi arroser en fin d'après midi. Éviter d'arroser le soir, après le coucher du soleil, car l'eau va stagner dans le pot et les racines risquent de pourrir. En été, ne pas arroser en plein soleil. Le pot est chauffé par le soleil et de l'eau plus froide va provoquer un choc thermique. On entend parfois que les gouttelettes d'eau en plein soleil peuvent brûler le feuillage par effet de loupe. Mais rien n'est moins sûr.

En hiver, on arrose de préférence en fin de matinée. En période de gel nocturne, ne pas arroser en soirée, car l'eau peut geler la nuit, endommager les racines et casser le pot.

 

 

 




Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement