Le Nil

 

 

Si l'Egypte existe, elle le doit au Nil ; Hérodote écrivait déjà en 450 avant notre ère : " la partie de l'Egypte où abordent les vaisseaux des Grecs est une terre d'alluvions, un don du fleuve, de même que les régions qui s'étendent à trois jours de navigation en amont du lac " , ce que l'on traduit par " l'Egypte est un don du Nil ".

En dehors de la plaine qui borde le fleuve, le pays est aride ; les terres cultivées ne couvrent que 4% de la superficie du pays. Ces terres, d'Assouan au Caire, constituent une vaste oasis s'étirant sur plus de 1 200 kilomètres, un long ruban dont la largeur varie entre quelques centaines de mètres et une dizaine de kilomètres.

Le Nil a définit pendant des milliers d'années le rythme annuel des saisons et des travaux. Le fleuve apportait dans ses eaux un riche limon provenant des hauts plateaux d'Abyssinie qu'il déposait dans la plaine sous forme de terre noire. " Sa terre est noire et friable car elle est faite du limon et des alluvions apportés d'Ethiopie par le fleuve " ; C'est elle que le paysan égyptien cultivait.

 

 


Entre Esna et Louxor

 

 


Entre Esna et Louxor

 

 


Felouque sur le Nil

 

 


Entre Edfou et Kom ombo

 

 

Lever de soleil entre Louxor et Edfou


 

Entre Edfou et Kôm ombo

 

 


Entre Edfou et Kôm ombo

 

 

Entre Edfou et Kôm ombo

 

 

Entre Edfou et Kôm ombo

 

 

Le temple de Kum Ombo vu du Nil

 

 

Le temple de Karnak vu du Nil

 


Vers Karnak

 

 


Paysage de Esna

 

 


Entre Dendehra et Louxor

 

 

Entre Dendehra et Louxor

 

 


Entre Dendehra et Louxor

 

 

 


Entre Edfou et Assouan



Entre Edfou et Assouan

 

 


Près d'Assouan


Bateau de promenade sur le Nil

 

 

 

Assouan et son écluse:

Assouan
À l'époque des Ptolémées, elle se divisait en quartiers très différenciés, Éléphantine bénéficiant d'un caractère résidentiel et la rive orientale constituant une agglomération d'ouvriers et artisans.
Cette cité, la plus méridionale d'Égypte a longtemps été l'une des principales entrées et sorties de l'Afrique noire, donnant naissance à un commerce prospère sur la route des caravanes. Ville-frontière, les Coptes la nommèrent Souan
Cette ville est aussi connue sous le nom de Syène. À l'époque chrétienne, Syène était le siège d'un évêché. Elle fut rendue célèbre par l'expérience d'Ératosthène visant à déterminer la circonférence de la Terre. Cette ville fut choisie par Ératosthène en raison de sa proximité au tropique du Cancer : le Soleil se trouve alors à la verticale de la ville lors du solstice d'été.
Barrage d'Assouan
Il a été construit en supplément de l'ancien barrage d'Assouan (lui même surélevé deux fois) qui ne donnait pas satisfaction en terme d'efficacité et de sécurité. Ce dernier est toutefois toujours en fonctionnement et continue de produire de l'énergie hydroélectrique.
Sans ce barrage, le Nil inonderait chaque été les plaines fertiles de la vallée, en raison de l'affluence d'eaux provenant de toute l'Afrique de l'Est. Ces inondations apportaient des nutriments et des minéraux (limon) qui rendaient fertile le sol de la vallée du Nil, et permettaient l'agriculture. Mais, l'augmentation de la population dans la vallée rendait nécessaire le contrôle des eaux pour protéger les installations agricoles et les exploitations de coton. Les années de « grandes crues », des récoltes entières étaient perdues, alors que les années où la crue était moindre, la population souffrait de la sécheresse et de famine. Le but de ce projet était de réguler les crues, de produire de l'électricité pour le pays, et de constituer un réservoir d'eau pour l'agriculture.

 

 


Arrivée a Assouan

 

 

Panorama d'Assoan

 

 

Vue du port

 

 

Assouan

 Pour continuer la promenade sur le nil
et voir un peu de folklore
Cliquez
ICI

 




Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement